Le temps qui passe, le temps qu'il fait

Beaucoup de nos souvenirs sont liés au temps qu’il faisait ce jour-là. La naissance d’un enfant par temps de canicule, un mariage sous la pluie et le dicton célèbre qui lui est attribué… 

Comme les chutes de neige de cette semaine nous le rappellent, les hivers froids frappent particulièrement les mémoires. Déjà au XVIIIe siècle, le « grand hiver de 1709 » marqua les esprits. Les chroniqueurs rapportent que tous les oliviers gelèrent ; il fit jusqu’à -22° à Bordeaux, où il était possible de traverser à cheval la Garonne ; le pain et le vin gelaient ; le froid provoqua des famines et fit de très nombreuses victimes.

 

Bien plus près de nous, certains se souviendront peut-être de l’hiver 1970. Les éléments s’étaient alors déchaînés : d’importantes chutes de neige (il neigea pendant plus d’une semaine à Paris) provoquèrent des avalanches meurtrières dans les Alpes ; une violente tempête balaya tout le pays, avec des rafales de 185 km/h en Bretagne par exemple.

Dans une biographie, il est toujours intéressant de replacer un événement dans une saison bien précise : les détails concernant la météo permettent de rendre une scène remémorée plus « réelle », plus vivante.